Chapitre XIII

Notre Essence pour Tenter d’Atteindre la Vérité

 

Extrait du Chapitre XIII (L’Eveil Spirituel Rationnel)

 

Le concept de vérité a donné lieu au fil des siècles même des millénaires, à une multitude de réflexions et pensées philosophiques pour tenter de le cerner. Comme rappelé au chapitre II, la raison est perçue comme un moyen possible d’accès à la vérité ou du moins à une parcelle de celle-ci. La raison se situerait donc dans cette approche en amont de la vérité. Pour sa quête. Mais tout au long de la vie, l’être humain se construit des murs de certitude. Ses murs le rassurent et lui permettent d’avoir le sentiment d’être ancré dans un rock solide, fondation de sa vie. Et il est difficile de pouvoir les remettre en cause par l’avènement d’un enseignement nouveau, aussi véridique puisse t il être. Les dogmes sont d’une puissance telle, qu’il n’est pas possible de précisément mesurer leurs impacts. L’utilisation de la raison sur un plan neutre est certainement un moyen des plus efficaces afin d’inciser une brèche dans ces murs et ainsi pouvoir éventuellement rayer une erreur ou se rapprocher d’une vérité plus grande que celle possédée alors. Toutefois cette rationalité, cette logique, cette démarche empirique et scientifique que l’on peut placer sous la rubrique ‘‘aspect intellectuel’’ de l’être humain, n’est pas et sans doute ne devrait pas, être la seule voie d’accès pour tenter de cerner une vérité.

 

L’aspect émotionnel est également un moyen pouvant être efficace et utile. Cet aspect émotionnel caractérisant également un être humain est un outil qui peut et même devrait probablement être utilisé d’une façon tout aussi importante que l’aspect intellectuel. Bien des personnes n’ont nul besoin d’une démarche rationnelle ou scientifique et dirigée par des règles strictes de fonctionnement ou de protocole, afin de se forger et même solidement, une conviction dans certains domaines. Le ressenti ou le sentiment intime profond possède une force qui ne saurait être négligée tellement celle-ci peut être importante et définir l’individu. Cette force peut même en certaines circonstances être encore plus puissante qu’une personne dirigée uniquement par la raison et la logique dans ses convictions, quand bien même les résultats ‘‘rationnels ou scientifiques’’ de cette dernière ne laisseraient absolument aucun doute. Beaucoup se sont d’ailleurs forgé des convictions dans des temps reculés et où la science n’avait pas encore apporté sa contribution.

 

Mais il subsiste une difficulté dans un aspect comme dans l’autre. Tout comme nous avons déjà expliqué que la raison n’avait en soi pas de garantie de toucher une vérité car elle ne s’appuie que sur des éléments disponibles et à un moment donné, l’émotionnel possède également son talon d’Achille. Et sans doute que la dérive principale de l’aspect émotionnel est l’influence des envies ou peurs qui ‘’fausse’’ intérieurement le ressenti, amenant à se baser ou à croire à une possible erreur. Les dogmes jouant ici également de tous leurs poids. Ainsi une certaine prudence est donc de mise en ces deux aspects ou facettes que possède l’être humain. Et il est évident que si l’une de ces qualités devait être exclusive de l’autre, nous serions alors confrontés aux problèmes suivants :

(…) 

‘‘En vérité, je vous le dis, demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et on vous ouvrira’’

                                                                                                                                 Jésus

 

‘‘Toute Grande Vérité passe par trois phases : elle est d’abord Ridiculisée, puis violemment Combattue, avant d’être acceptée comme une Evidence’’

 

Shopenhauer